Retour

Les saisons de la vie!

par Marie-France Sorce

« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux… » (Ecclésisate 3:1)

On ne reconnaît plus les saisons! Surtout en Belgique! Nous pouvons vivre les 4 en un seul jour, et oui! On y comprends plus rien!

Notre vie spirituelle est parfois similaire, assez déstabilisée par les événements de la vie, on n’y reconnaît plus les saisons si nous abandonnons celui qui est le chemin, la Vérité et la vie (Jean 14:6).

Au printemps, on s’attend à naître et à apprendre. En été, c’est le mariage, le travail, les enfants. A l’automne, nous récoltons les fruits de la vie : les rires, les pleurs, la connaissance et en Hiver, nous nous orientons lentement vers le repos. Nous traversons la vie en surmontant chaque étape du mieux que nous le pouvons. Ce n’est pas facile de quitter l’enfance pour vivre l’adolescence puis la vie de femme (mariage, fécondité, mariage des enfants…) pour arriver enfin à celle de la vieillesse (arrêt de travail…).

La Parole de Dieu met un baume sur notre coeur en nous avertissant qu’il y a un temps pour tout!

« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux: un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté; …un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter,… un temps pour se taire, et un temps pour parler; un temps pour aimer,… » (Ecclésiaste 3:1-8)

Bien souvent, nous sommes impatientes et vivons très mal ces transitions. Nous ne les acceptons pas et parfois passons par la déprime. Peut-être qu’on s’accroche à ce qui nous reste, nous nous révoltons parfois contre Dieu, tandis que d’autres fois, nous crions et nous nous confions en l’Eternel.

Ce matin, j’ai reçu un monsieur assez âgé, il me demande s’il peut prendre en photo l’endroit où je travail car il écrit un livre sur la vie de sa femme qu’il vient de perdre. Elle a fait ses études dès sa jeune enfance dans cet établissement. “Ce n’est pas facile, savez-vous?” me dit-il.  Après une vie commune de 56 ans, je suis seul et perdu, cela fait 6 mois qu’elle n’est plus là. J’étais triste pour cet homme que j’ai essayé d’encourager et que je regardait partir en essuyant ses larmes.

La perte d’un proche est toujours un moment très difficile à vivre. C’est le cycle le plus dur a accepté. Alors que Dieu nous laisse le temps de proclamer sa Parole, disons nous : «Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits ! » (Psaume 103:2)

N’oublions pas les moments de joie, d’exaucement, de vie tout simplement que le Seigneur nous a accordée, louons-le pour tous ce qu’Il a fait et fera jusqu’au dernier jour. Ne soyons pas effrayés de ce qui pourrait arriver car nous ne sommes pas seuls, Il nous tient dans sa main et reste Dieu à chaque saison de notre vie sur cette terre.

Dieu est plein de promesses qu’Il réalise si nous nous adressons à Lui dans nos moments les plus difficiles. Oui, Il répond à tous ceux qui cirent vers Lui. En voici quelques-unes : « Il m’invoquera, et je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse… » (Psaume 91:15)

« Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. » (Esaïe 41:10)

Terminons avec cette affirmation de la Parole de vérité, en attendant l’arbre de notre vie refleurir en Christ et en louant Dieu de tout notre être : « Pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien: Je place mon refuge dans le Seigneur, l’Eternel, Afin de raconter toutes tes oeuvres. » (Psaume 73:28) Il est notre paix et notre espoir.

9+